<$BlogRSDUrl$>


Pasfolle vit au Texas depuis octobre 1999 avec son mari Pasfou et leurs enfants
Petit Pasfou 1 (9 ans),
Petit Pasfou 2 (7 ans) et
Pasfollette (5 ans).

Blogs
Une rondelle de saucisson et l'addition
Lulu's life in cornland
Le nid du Piou
De Chicago a San Francisco...avec des petits detours
Inside the USA
De bric et de blog
Sophil de l'eau
404 Brain not found
Embruns
Guillermito
Albion: mes tribulations outre-Manche
Sale bête
La coureuse
L'île de Ebb et Hoedic
Pilote US
The Pie in Paris (en anglais)
Awful Plastic Surgery (en anglais)

Presque un blog tellement c'est bien mis à jour:
Fragomen - Aggrégation de nouvelles concernant l'immigration

Archives

Atom feed

Email


28.4.04

"Have a good one!"

 
Dernières recommandations d'une ex-expat:

- Aventurez-vous dans des expériences pas forcément positives au premier abord, meme si cela risque de vous coûter en temps, en argent et en confort

- Parlez, discutez et surtout posez le plus de questions possibles, la plupart des gens sur terre sont heureux de parler d'eux et de leur mode de vie, sans oublier que le but n'est pas tant d'avoir une raison de plus de mépriser, mais un élément de plus d'un puzzle qui n'est jamais complet

- Souriez. Tout le temps.

- Passez vous régulièrement les nerfs en privé (sur un blog anonyme par exemple ;-) ), ne laissez pas s'accumuler toutes les frustrations qui peuvent être les notres lorsqu'on doit concilier deux modes de vie différents

- Faites des enfants; il n'y a rien de tel pour apprendre à connaître une société que de découvrir comment tous ses membres ont grandi et dans quelles conditions

- Lorsqu'un Texan vous demande si vous vous rasez les jambes (pour les filles) et où est votre béret (pour les gars), ce n'est pas parce qu'il est bête, c'est parce qu'il tente d'établir une conversation avec vous. Il a fait l'effort de se souvenir de 2 choses qu'il connaît sur la France, faites l'effort, tout d'abord de ne pas le mépriser, ensuite de le 'remercier' d'un sourire, enfin de répondre gentiment à ses questions, aussi bêtes qu'elles vous paraissent.

- Portez un regard affectueux sur la folie de ceux qui vous entourent, et n'oubliez pas de les remercier de rendre votre vie plus intéressante


A faire:

- manger dans une taqueria,
- le tubing sur la Guadalupe ou ailleurs,
- le rodéo de Houston *et* un petit rodéo de campagne pour comparer et se rendre compte d'à quel point les cowboys de celui de Houston sont doués,
- boire des Margaritas en regardant le soleil se coucher à l'Oasis (Austin),
- manger des fajitas de chez Ninfa's (avec plein de pico de gallo),
- écouter de la country sur KASE 101 à Austin et KILT à Houston,
- commander ses chèques avec des photos d'Elvis Presley ou Bugs Bunny dessus,
- lire le courrier des lecteurs du Houston Chronicle,
- aller voir (croyant ou pas) une messe à Lakewood Church à Houston,
- passer une journée à conduire en ligne droite sans sortir du désert (attention, on s'ennuie très vite!),
- tremper les pieds dans le Rio Grande au fond du Santa Elena Canyon dans Big Bend
- se baigner en plein été à Galveston et se rendre compte que meme là où on n'a pas pied, l'eau est à plus de 37°C

Liste à compléter...

[Je ferme ce blog. Merci de m'avoir accompagnée et à bientôt!]


27.4.04

George Bush Intercontinental Airport of Houston

 
On arrive enfin aux abords de Bush Intercontinental (IAH), qui connaît depuis deux ans une reconstruction massive et bordélique.
Le terminal D (vols intercontinentaux) n'a plus de parking, il y a une queue de deux miles pour accéder au passenger drop off/pick up, on se dirige vers le parking du terminal C mais la signalisation est foireuse et on se retrouve au bout de dix minutes sur une grosse route en direction de Houston centre.
On est limite vexé parce que cet aéroport, avant qu'ils jouent avec, on le connaissait comme notre poche.
On fait demi-tour, on repart en direction de l'aéroport, on se tape une file monstrueusement longue pour entrer dans l'aéroport, on ignore les panneaux, et on se gare au plus près du terminal D à vol d'oiseau.

Comme là, on n'est plus qu'à 1h30 du décollage, on se pique un petit sprint à 14 bagages et un seul chariot. En sortant d'un ascenseur, ma valise à roulettes se coince et m'arrache le bras. Je lâche tout, tombe à moitié dans les pommes et attends que la nausée et les sueurs froides passent. Au bout d'une minute, je me rends compte que mon bras est toujours là Dieu merci, mais c'est simplement que je ne le sens plus. On reprends donc le chemin du check-in avec une handicapée au bras ballant.

Au check-in, on arrive pile en fin de queue, la nana au comptoir n'a pas l'air de très bonne humeur, Pasfou me rappelle de demander des places ensemble pour que je sois avec les enfants, mais en fin de check-in comme ça, je sens qu'elle va rire bien fort, alors si je dois lui demander quelque chose, ça sera de mettre notre compte de miles sur ma carte Fréquence Plus et les cartes Fréquence Jeune des enfants.
Passeports, billets contre passeports, cartes d'embarquement. La nana qui ne sourit pas nous a filé 4 places dans la même rangée sans qu'on demande. Je lui fait tout plein de sourires de compliments et de remerciements, elle sourit enfin d'un air un peu timide.
On aura gagné quelque chose aujourd'hui!

En approchant la queue pour le passage à la sécurité, l'eau commence déjà à me monter aux yeux.
Pasfou ne peut pas aller plus loin, alors il nous fait tout plein de calins. Petit Pasfou 2 promets de ne pas l'oublier en l'embrassant bien fort; évidemment, ça me déclenche pour de bon et je sanglotte ferme quand vient notre tour.

Pourquoi on part déjà? Me souvient plus bien.

Heureusement, les enfants savent ce qu'ils doivent faire, et pendant que maman hésite entre faire demi-tour et se moucher sur sa manche, ils enlèvent chaussures et manteaux, posent le tout dans un bac en plastique gris, mettent leurs petites valises sur le tapis roulant et passent un par un sous le portique détecteur de boucles de ceinture et autres pace-makers. De l'autre côté, ils se rhabillent tout aussi efficacement et attendent leur mère. Moi, j'ai pas de chance, le monsieur devant l'écran croit avoir vu une paire de ciseaux dans mon sac. Un autre monsieur commence à fouiller, sortir des trucs, etc. mais se décourage bien vite a cause du bazar dans le sac. Moi, je ne me souviens pas d'avoir pris des ciseaux à ongles cette fois-ci, alors je ne peux pas l'aider. Il me laisse repartir en disant que ce n'était sans doute que le positionnement de certains petits objets qui avait donné l'impression de voir des ciseaux.

J'essaie de persuader les enfants de faire un tour aux toilettes, mais c'est peine perdue. On s'installe dans le salon d'embarquement puis immédiatement, un monsieur vient nous chercher pour le pré-embarquement des familles avec jeunes enfants. D'habitude je préfère monter en dernier, mais c'est difficile d'envoyer paître le gentil monsieur qui pense vous faire plaisir.
Alors on est les premiers dans l'appareil.


26.4.04

Austin - Houston

 
On était prêt a l'heure, les valises étaient faites et les systèmes digestifs de moins de 10 ans etaient vides.
Nous avions 14 bagages: 8 grosses valises pour la soute (2 par passager), 4 petites valises pour la cabine (1 par passager) et 2 gros sacs à main (alors qu'on a le droit à 1 sac à main par passager, comme quoi, j'avais d'la marge, hein?). La moitié des valises étaient déjà dans la voiture depuis la veille.
Pasfou commence à descendre les valises de l'appart de Grand Brun et Grande Blonde... puis remonte avec d'autres valises.

Euh... il croit qu'on joue à quoi là?

Et bien on jouait à je remonte les valises détrempées parce qu'il a plu cette nuit et qu'y a des valises qu'ont pas de chance dans la vie.

Une demi-heure plus tard, on était prêt, les valises étaient faites et les systèmes digestifs de moins de dix ans avaient faits au moins 5 passages aux toilettes chacun.

-"Maman, j'm'ennuie. Quand est-ce qu'on part?
- Va aux toilettes.
- Mais j'ai pas enviiiiiiiie! J'ai déjà étééééé!
- Retourne aux toilettes alors.
- Mais j'ai mal au ventre.
- T'as essayé d'aller aux toilettes?
- Mais non, j'ai faaaaaim!
- Comment tu sais? Ca se trouve, tu as plutôt besoin d'aller aux toilettes?
- Mais noooooon! J'ai rien qui veut sortiiiiiiir!
- Mais si, mais si. Il y a toujours une goutte ou deux qui traîne; allez, va!"

... ou les symptômes d'une maman traumatisée par la recherche de WC publics.

On est enfin en route et on prévoit une arrivée deux heures et demi avant le départ de l'avion au lieu de trois heures comme l'exigent les compagnies aériennes sur les vols internationaux.
Pas grave.

Au bout de trois arrêts pipi sur la route, je commence à me douter de quelque chose. Un coup d'oeil à l'arrière de la Dodge confirme: c'est tout simplement une ca-ta-strophe. Pendant qu'on s'amusait à refaire les valises, les enfants se sont chacun pris une bouteille de Propel (eau aspartamée et agrémentée d'arômes qui n'existeraient dans la nature que si Ronald McDonald était Dieu) dans la réserve de Grande Blonde.
Pire, les bouteilles sont vides, les ventres, gros et les yeux, repus. Vu le volume des bouteilles, on en a pour encore deux arrêts pipi minimum.

On prévoit maintenant d'arriver avec seulement deux heures d'avance. Autant à l'aéroport d'Austin on se fait sacrément enguirlander quand on fait ça, autant à l'aéroport de Houston, ils ont d'autres chats à fouetter, merci.

On passe à Katy, une petite ville de banlieue à 20 miles à l'ouest de Houston. On admire le début des travaux de la nouvelle freeway entre Katy et Houston. Une freeway de 24 voies. Oui, vous avez bien lu, 24.
On leur a bien proposé une ligne de train, mais ça a été reçu comme une insulte.
Tous fous j'vous dis!

22.4.04

Tout est la

 
Je ne saurais assez recommander ce documentaire a ceux qui sont curieux de connaitre le Texan rural:

Hands on a Hard Body

Tous les ans, un concessionnaire organise un concours pour se faire de la pub. Le concours consiste a garder sa main sur un pick up truck neuf jusqu'a ce qu'a etre le dernier a encore avoir une main dessus. Il y a une vingtaine de participants tires au sort, et ca peut durer plus de 100 heures.

Qu'est ce qu'on gagne? Le pick up.

Woohooo! J'ai une nouvelle adresse email!

 
Ben oui, comme Blogger m'a propose une adresse email Google, j'ai pris.
Parce que le service que j'ai actuellement, c'est vraiment lamentable, j'ai du bol quand je peux juste me logger!
Et comme en ce moment, je n'ai pas d'ordi a moi, ca peut etre pratique.
Donc voila, dans toute sa gloire ma mouvelle adresse mail:

pasfolle@gmail.com

[Sinon, a tous ceux qui ont eu l'immense gentillesse de prendre sur leur temps pour m'ecrire, merci pour les encouragements, meme si je ne vous ai pas repondu, vos emails me font, bien sur, tres tres plaisir...]

20.4.04

Pasfou lit Forbes en cachette

 
Hier, j'ai du acheter des freins tout neufs a notre Dodge.

Je peux vraiment pas parler de "changer les plaquettes", puisqu'apparement on avait deja serieusement entame le metal. Un semaine plus tot, lorsque l'horrible crissement au freinage avec lequel on avait vecu depuis plusieurs semaines a soudainement cesse, je me suis dit: "A y est, a partir de maintenant, on attaque une partie du mecanisme que je ne connais pas, mais d'apres le bruit, ca doit etre plutot mou".
J'ai beau craindre les garagistes comme certains craignent les dentistes, il y a quand-meme un stade de deterioration au dela duquel l'instinct de survie prend le dessus.

Le garagiste (apres avoir tout demonte): "$740 pour refaire les freins, et je ne vous parle meme pas de vos amortisseurs."
Moi (au fait, moi, c'est Pasfou): "Non merci, c'est 2 fois le prix de la voiture, remontez-moi tout ca, et j'en acheterai une autre."
Le garagiste: "Attendez voir, hmmm, hmmm, c'est un minivan ... hum ... $415 !"
Moi: "Pour faire quoi?"
Le garagiste: "Ben les freins."
Moi: "Tous les freins?"
Le garagiste: "Tous les freins."
Moi: "La meme chose que ce que vous m'avez decrit tout a l'heure?"
Le garagiste: "La meme chose"
Moi: "Bon, faites-moi juste les freins avant alors."
Le garagiste: "Ca fera hmm hmmmm $320"
Moi: "ok"
Le garagiste (un peu plus tard, apres avoir presque fini les freins avant): "Quand meme, vous n'avez pas de freins du tout a l'arriere".
Moi: "Boarf, je ne m'en servais pas tellement de toute facon."
Le garagiste: "Ben oui, mais ca freine mieux avec 4 freins."
Moi: "Ah?"
Le garagiste: "Je peux le faire pour $40."
Moi: "Faire quoi?"
Le garagiste: "Ben les freins arrieres."
Moi: "??? ... ok"
Le garagiste: "Ca ne prendra que 30 minutes."

Deux heures plus tard, j'ai lu tous les Time magazines de la salle d'attente. Un coup d'oeil autour de moi. Pas d'autre client a l'horizon. Le garagiste garage gaiement sur ma voiture. J'entame donc un exemplaire de Forbes discretement, terrifie a l'idee de devoir passer aux magazines de fitness s'il ne finit pas ma voiture dans les 10 minutes.
Pub pour une fabuleuse replique de montre de pedege, pub pour des time-shares pour quasi-milliardaires, pub pour du whiskey de snobs-dans-l'ame, article sur tous les vins francais a moins de $20 qui-font-bien-sur-la-table-pliante-du-trailer, pub, pub, pub pour ceux qui aimeraient bien faire tout pareil que les gens tres riches.

Ah! Vers la fin du magazine, enfin un article interessant, en tout cas pour nous autres Pasfous, parce qu'il se trouve qu'on connait bien Louisa, celle qui est "beautiful" selon Forbes!!!

Tout ca pour donner une reponse a peu pres credible a la question qui nous attend des qu'on dira a tous nos amis "Ils parlent de Louisa dans Forbes!":
"Quoi!? Vous lisez Forbes????"

19.4.04

"Si, si, c'est delicieux! Vraiment!"

 
Grande Blonde nous chouchoute depuis qu'on est chez elle. Elle rentre du travail le soir, et sa premiere action est de me verser un verre de Suze-tonic. C'est pas une bonne copine ca?

Mais nan, la Suze c'est pas Americain. C'est une bouteille qu'on leur avait ramene de France, et je peux vous dire que par les temps qui courent, elle descend vite. Dieu merci, ils avaient a peine eu le temps de l'entamer! :-)
Grande Blonde insiste pour s'occuper des enfants, et leur achete des livres et des jeux.
Et elle fait meme la cuisine.
La, je vois bien que vous ne me croyez pas, hein? Et pourtant, hier soir elle nous a cuisine un superbe curry.
Comme de coutume, on a servi les enfants d'abord, comme ca ils ont la bouche pleine et on peut causer sans etre interrompu.

Pour la suite, il faut connaitre la drole de relation que Petit Pasfou 2 a avec les cacahuetes: voila, Petit Pasfou 2 est convaincu d'etre allergique a la cacahuete. Si jamais il sent la moindre miette de cacahuete dans sa bouche, il en recrache tout de suite le contenu, s'essuie la langue avec son t-shirt en pleurant puis se roule par terre en se tenant le ventre et en jurant qu'il va mourir. Mais il n'a jamais fait de reaction "classique", comme l'urticaire ou la baudruche.

Pour revenir a notre histoire, Petit Pasfou 2 entame avec appetit son assiette de curry. Il a le temps d'en manger deux bouchees puis il se leve et va vomir sur le tapis de la cuisine, sous le nez de Grande Blonde.

Laissez-moi vous dire qu'il n'y a pas de moyen plus expressif pour dire ce qu'on pense de la cuisine de quelqu'un.

J'etais horrifiee bien sur, mais comme Grande Blonde et Grand Brun m'avaient deja abreuvee de Suze-tonic, je n'ai pas ete tres rapide: le temps d'arriver dans la cuisine, Grand Brun et Pasfou s'etaient deja occupe du tapis, Grande Blonde avait emmene Petit Pasfou 2 sur le balcon prendre l'air et Pasfollette etait grand-mere.

A choisir, entre finir d'essuyer le vomi de la cuisine ou aller sur le balcon "s'assurer que le petit va mieux", z'auriez pris quoi, franchement?

Me voici donc sur le balcon, en train de passer un sopalin sur la figure de Petit Pasfou 2, tout en lui demandant ce qu'il a mange dans l'apres-midi et si par hasard il n'aurait pas *encore* avale du desherbant/anti-fourmi (oui, Petit Pasfou 2 pense que les petites billes vertes laissees par le jardinier dans la pelouse sont en fait des bonbons de la part du Pere-Noel. Si, si).
Je suis embetee parce que je sens que ca va encore etre ma faute, z'allez voir.

J'ai juste fini d'essuyer sa figure, son pantalon, ses chaussettes, qui ont ete globalement epargnees, quand un deluge de slushie a la myrtille (le gouter) semi-digere s'abat sur moi, les chaussettes, le balcon et mon malheureux petit bout de Sopalin.

Cette fois, on s'ecarte tous et on attend que Petit Pasfou 2 soit vide. Apres lui avoir demande cinq fois s'il avait bien fini pour sur, on re-nettoie. Moi, je veux m'assurer que je ne dois pas appeler mes potes du centre anti-poison, alors je reprends mes questions. Il finit par me donner son diagnostic: le curry de Grande Blonde etait trop epice.
La j'ai du mal a croire, d'abord parce que Grande Blonde m'a pas l'air d'etre une fanatique du piment, et ensuite parce que Petit Pasfou 2 (comme son frere) aime noyer ses pates dans le Tabasco au Jalapeno.

Je pars donc gouter le curry, du bout des levres. Je n'ose meme pas imaginer ce que Grande Blonde doit penser de nous a vomir sa cuisine, puis a la renifler d'un air mefiant.

Heureusement, on trouve immediatement: il y a un peu de beurre d'arachide dans le curry. Ca se sent a peine, mais Petit Pasfou 2, consciemment ou non, est un surdoue de la detection de la cacahuete sous toutes ses formes.
Je me demande s'il y a un marche pour ca, dans les aeroports par exemple, pour demasquer les dangereux traffiquants de cacahuetes...?

En toute legalite

 
C'est confirme.
Au Texas un proprietaire peut virer une famille en trois jours. Mais attention, trois jours sont le minimum requis! On a de la chance qu'il existe un minimum je suppose.
Si nous avions recu le notice to vacate en mains propres, nous n'aurions eu qu'un seul jour pour rendre l'appart'...

Et puis, tant qu'on y est, le proprio a le droit de nous faire payer la somme qu'il desire pour faire nettoyer le four de l'appart'. Sans limite.

Et au sujet du cheque qu'on lui a fait pour le loyer d'avril, la veille de recevoir notre aimable invitation a debarrasser le plancher; il faut que je lui ecrive une gentille lettre bien suppliante pour en revoir un bout (ca tombe mal, c'est pas trop mon fort, supplier pour qu'on me rende mon argent).
Retenez-moi, je suis sur le point de porter un jugement assez dur sur mon pays de residence.
Toute la semaine, je me suis retenue en attendant d'etre fixee, mais la, c'en est trop:

QUI C'EST QUI A DEFEQUE UN AUSSI GROS TAS DE FUMIER SUR NOTRE PLANETE?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

J'en ai marre de ces gens qui refusent de se bouger pour defendre le statut du non-millionnaire tout ca parce qu'ils croient tous qu'ils seront millionnaires un jour.

Comment je leur enfoncerais bien leur American Dream dans les narines jusqu'au fond du crane.

C'est meme pas pour nous. Nous, on a plein de sous et on a un pays de repli.
C'est pour ce pays en entier que j'ai mal au coeur. Il font bien attention de rester fournis en pauvres et en enfants s.d.f. parce que sinon, il ne sauraient pas quoi faire de leur dimanche apres l'eglise et ca permet de se sentir tellement superieur d'avoir des pauvres a qui jeter quelques miettes de temps en temps. Il faut les garder le plus pauvre possible, il faut surtout qu'ils fassent plein d'enfants malades (de maux curables, pour que ce soit encore plus emouvant) et comme ca le weekend, ca me donnera quelque chose de tres agreable a faire: feigner de m'interesser aux pauvres et ainsi me sentir formidablement puissant.

En fait, les Etats Unis en entier ne sont qu'un gigantesque amusement park de la pauvrete.

"Venez, venez! Admirez nos edentes, nos eclopes! N'oubliez pas d'amener vos poubelles et vous pourrez les nourrir! Mais attention, pas trop: il ne faut pas gacher le plaisir des autres promeneurs! Oui, ce plaisir qui consiste a voir des gens se precipiter sur vos dechets, qui a besoin de viagra apres ca? Vous connaitrez peut-etre meme l'exquis delice d'y voir une connaissance, sur qui vous pourrez vous attarder, vous pourrez jouer a etre un petit ange et vous lui donnerez, d'un geste affreusement genereux, des pulls que vous aurez tricote, vous pourrez meme lui retrouver un petit boulot merdique et cette personne vous appartiendra alors corps et ame, car vous lui aurez donne l'occasion de se relancer a la poursuite de notre reve a tous: devenir Bill Gates. C'est beau comme reve, non? C'est si noble!"

Les oeuvres caritatives me donnent envie de vomir, parce que chaque heure donnee par les benevoles pourrait etre passee a militer pour que la pauvrete soit eradiquee, mais non, on ne va pas faire disparaitre toute la matiere premiere tout de meme?!

J'en peux plus de ce pays qui fait rien que faire des trous dans la barque dans laquelle on est tous assis. J'ai envie de lui donner un beau gros coup de rame en travers du crane, et oui, le FBI peut venir me chercher, il se mangera un bon coup de rame aussi.

On peut se marier avec qui on veut

 
Grand Brun et Grande Blonde ont une photo d'eux en train de se faire un bisou sur leur table de chevet.
Grand Brun est issu de parents indiens (d'Inde, pas Cherokee) et a la peau foncee. Grande Blonde est de Seattle, mais doit avoir 90% d'ancetres Norvegiens au minimum: elle est blonde a la peau tres claire et a des grands yeux bleus. Tout ca pour dire que sur la photo, en plus d'etre un beau couple, ils forment un contraste saisissant.
C'est en examinant cette photo vendredi soir que Petit Pasfou 2 se rend compte pour la premiere fois de tout ca, meme s'il voit Grand Brun et Grande Blonde tous les soirs au diner.
Et c'est avec tout le tact qu'on lui connait qu'il s'exclame: "Je ne savais pas qu'on pouvait se marier avec un homme marron!!!".
Grande Blonde lui repond en riant qu'on peut epouser qui on veut, et cette reponse satisfait notre petit visage pale.

Je suis assez sure que Petit Pasfou 2 ne porte aucun jugement sur les personnes en fonction de la couleur de leur peau/cheveux/yeux (enfin, apres notre sejour ici, je ne serais pas etonnee qu'il associe fortement les grandes blondes et les sucreries!); mais je ne peux pas m'empecher de me demander ce qui l'a amene a trouver ca si *etonnant*.

Ceux qui trouvent que je me pose bien trop de questions inutiles ont peut-etre raison, mais a regarder les enfants grandir, j'ai parfois l'impression de remonter aux sources de l'humanite et de temps en temps, de me voir offrir une occasion de comprendre un truc qu'il est impossible de comprendre chez un adulte, tellement tout est entremele.

Maintenant une question: si je cherchais a en savoir plus sur les mariages entre deux personnes de couleur de peau differente, sous quelle appellation cela apparaitrait-il? Couples inter-raciaux? Mixtes? Arc-en-ciel?

17.4.04

Nunuche du front office de notre ancienne residence

 
-"Bonjour, je viens rendre nos cles.
- Ouiiiii?! (avec gros sourire debile de la nana qui pense que c'est jour de fete)
- Oui. Tout y est, porte d'entree, salle de gym, boite aux lettres.
- Bieeeeen! (toujours avec son large sourire de niaise qui prie interieurement pour que je ne commence pas a lui gueuler dessus)
- ...Vous ne me donnez pas un recu?
- Euh?...Non.
- Oui, mais moi j'en veux un.
- Je suis desolee, je ne peux pas vous en donner un.
- ???? [Vous ne savez pas ecrire, pov' nuche?]
- Nous ne faisons pas ce genre de chose. [Toujours avec un grand sourire mais on sent que ca perd en assurance]
- Moi j'ai besoin d'avoir quelque chose qui dit que je vous ai bien rendu les cles.
- Vous le recevrez dans votre boite aux lettres a la fin du mois. Au-revoir! [De plus en plus nerveuse la nana, mais le sourire est toujours en place]
- .... [Mon Dieu! Je la laisse reflechir cette conne, ou je l'aide a trouver?] Le probleme, c'est que je viens de vous rendre la cle de ma boite aux lettres...
- Ah? [Le sourire disparait un instant a la perspective d'un probleme insoluble. Heureusement, elle retrouve son sourire...] Vous ne m'avez pas donne votre nouvelle adresse?
- ??? [Bin chais pas, voyons voir. Cherchons ensemble dans les deux dernieres minutes de cette conversation....mmmm, non, je vois pas, effectivement...] Nous n'avons pas de nouvelle adresse, nous sommes sdf en ce moment. Vous avez l'adresse de mon mari au boulot, utilisez ca. Au revoir.

Si elle savait combien elle fait un boulot a risque de sourire tout le temps cette fille....

15.4.04

Moving, moving... moved!

 
Tout d'abord: pas d'accent aujourd'hui. Ralala, c'est dur de squatter.
Bah oui, mon PC est avec toutes nos affaires en storage (dans un garde-meuble). On est heberge chez Grand Brun et Grande Blonde, qui ont fui leur deux-piece pour aller coucher chez d'autres copains.
Payer l'hotel pendant encore deux semaines nous faisait un peu mal au coeur, alors quand ils ont eu la gentillesse d'insister, on a accepte.

Apres le 24, Pasfou se trouvera une chambre pas trop chere.
On essaie de faire des economies pour payer notre grenier en France qui a enfin une isolation (Youpi pour la facture d'electricite hivernale!) et un debut de salle de bain.
Bref, arreter de payer plus de 1000 dollars par mois nous sera profitable au final.

Il n'empeche que notre proprio est un gros tas de merde bien puant avec un kiki de moustique. Et que s'il s'avere que c'etait juste pour jouer au mec qu'en a une, il doit se sentir encore plus con que d'habitude, parce que le marche est en degringolade depuis plus d'un an a Austin. On devait etre les derniers a encore payer un loyer aussi cher dans notre residence.

Le demenagement s'est fait dans une ambiance sacrement speed (Noooooon?!?!), j'ai fait toutes les boites, Pasfou et Grand Brun ont fait tous les aller-retours dans l'escalier (2e sans ascenseur) avec au moins 50% du temps un truc pas mal lourd dans les bras. Grande Blonde a pris les enfants et s'est amusee a les gaver de sucreries et de dessins animes.

On a rendu les cles avec deux jours de retard mais comme ils ont refuse de me donner un recu, je mentirai sans vergogne si besoin.

Et maintenant, je le sais: il est *impossible*, quand on fait son propre demenagement, de demenager et nettoyer en trois jours sans avoir ete averti auparavant. J'ai commence a empaqueter vendredi soir. Samedi matin, il a fallu chercher un garde-meuble (ouf qu'on ne cherchait pas une maison!), chercher des gros bras a $55 de l'heure (deux hommes et un camion inclus) pour prendre les trucs penibles et gagner du temps. Le choix etait pas enorme, vu que c'etait un long weekend. Exceptionnellement, tout etait ferme dimanche. Dimanche, on a mis les boites et gros meubles dans notre storage, mais je n'avais pas fini mes boites et du coup il a fallu faire encore des boites lundi; mardi on a fini de remplir le storage; mercredi j'ai tres sommairement nettoye, puis rendu les cles. Maintenant, je vais dormir pendant trois jours! :-)

N'empeche, s'il y avait un oscar du demenagement le mieux organise, je serais en train de rediger mon speech de remerciement a l'heure actuelle. C'est vrai quoi, tout est en ordre et localisable, Pasfou s'est occupe de rediriger le courrier, d'arreter telephone, electricite, etc.

On est trop forts... bon, sauf pour payer le loyer a temps.

9.4.04

Ça fait tout drôle!

 
On a reçu un "Notice to Vacate" dans le courrier cet après-midi.
On a jusqu'à lundi, minuit, pour déménager, après ils envoient les flics.
On a payé notre loyer avec 3 jours de retard.
Vive l'Amérique, parce que c'est tous les jours l'aventure! :-)

7.4.04

Star Wars Kids

 
Les enfants jouent dehors avec la bande quasiment au complet, les trois miens, Micah, Blaine, Allie, le grond blond à lunettes qui se balade en bermuda tout l'hiver, la petite blonde qui a la trottinette Barbie et la peste au labrador noir.

Tout à l'heure, nous avions 5 ou 6 jedi se battant de manière très cinématographique, genre je saute dans tous les sens.

En vachement plus drôle quand même, parce que quand Petit Pasfou 2 essaie tout en pourfendant un ennemi invisible, de sauter sur un gros rocher et qu'il se prend son propre "sabre" sur la tête, j'peux vous dire que ça vaut le détour.
Pas mal aussi la scène où les plus grands se rendent compte que grimper un arbre avec un sabre qui est aussi long que toi, ben c'est pas du gâteau et que c'est malin, maintenant il va falloir redescendre chercher les sabres.

Bref, j'en avais les larmes aux yeux de rire et je me dis que c'est l'occasion de me servir du caméscope!

Je le retrouve assez vite, au fond d'un tas de linge et je commence à filmer, tout en essayer d'arrêter de rire parce que ça fait trembler la caméra.

Au bout de dix minutes, j'ai 6 visages tournés vers moi. Les enfants sont immobiles et Petit Pasfou 1 se dirige vers moi.

-"Tu veux quelque chose, maman?
- Ben, euh, non....Enfin, je surveille Pasfollette quoi...
- Il n'y a rien que tu veux que je fasse?
- Non, non. Euh, j'ai juste filmé un peu Pasfollette sur la trottinette Barbie...
- ....
- Bon, ben, je vais rentrer, hein...."

Qu'est-ce que je suis une mauvaise mère quand même.
Je filme mes gosses en train de s'humilier à là "Star Wars Kid", je leur fous la honte devant leurs copains, je leur coûte la bataille qui aurait sauvé la galaxie... et je regrette même pas! :-)

Chiens et autres animaux domestiques

 
En lisant le Austin American-Statesman de dimanche, dans le supplément Life & Arts je suis tombée sur une double page qui m'a laissée songeuse.
En effet, je n'arrivais pas à déterminer si je trouve l'idée détestable ou bonne (entre nous, ça m'arrive souvent).

Sur la page de gauche, diverses pubs, deux articles et une colonne "Pets of the week". Il s'agit de trouver une famille d'adoption pour les animaux familiers qui ont été recueillis et sont hébergés dans les abris SPA de la ville.

Fort bien.

Sur la page de droite, diverses pubs et un article. L'article ressemble plutôt à une publi-information, à vrai dire.



Soudain, je commence à entendre des voix...

- "Ah, tiens. Bobonne, que penserais-tu de reprendre un chien? Depuis que notre chéri pitbull Déchiktor est mort, les enfants du quartier se remettent à jouer dehors sans stresser et ça me gâche ma journée.
- Ma foi, oui. Pourquoi pas?
- Ils en ont ici dans le Statesman.
- Combien?
- Ben...3...??
- Combien de dollars, crétin, chéri.
- Ben, on pourrait peut-être en prendre un d'occasion, non? C'est quand même 100 fois moins cher que neuf. Il faut juste payer une consult' de véto.
- Bof. Moi j'aime quand ça sent le neuf.
- Boboooonne! Tu peux pas tout avoir! Ce mois-ci on a déjà acheté ton hummer rose.
- D'accord, d'accord. Il y a des pitbulls dans ton truc?
- Mmm. Non. Mince.
- Ben voilà.
- ...oh, oh! Regarde, tu ne veux pas un gosse à la place? Y en a un ici!
- Fais voir. C'est vrai qu'on est des gens super, n'importe quel gosse aurait de la chance de venir habiter chez nous.
- En plus il est au trois quarts fini. Pas de couches ou de pleurs la nuit, le paradis pour toi bobonne!
- Il a de bonnes notes, on pourra frimer au bureau.
- Il mange de tout, ils disent. Ça tombe bien, il nous reste 20 kg de croquettes pour pitbull de compèt'.
- Ah, attends. Il est en thérapie, ça fout la honte ça.
- Ouais, ça fout la honte. Attendons un peu, on verra ce qu'ils ont en stock la semaine prochaine.
- Avec un peu de chance, ils auront une offre spéciale, genre prenez un pitbull, et recevez un gosse avec."

D'un autre côté, si ça éveille des volontés sérieuses, c'est plutôt bien je suppose.

6.4.04

Il n'y a pas de coquelicots au Texas, mais...

 
Samedi on est allé faire ce que la tradition locale exige de nous: on a cherché un petit champ de bluebonnets (la fleur du Texas)



pour coller nos trois enfants dedans et prendre trois tonnes de photos archinulles et archiniaises.
Le bluebonnet est une fleur sauvage, comme le coquelicot en France sauf qu'il a une tête un peu différente.



La deuxième fleur sauvage la plus répandue est l'indian paintbrush. Toujours rien à voir avec le Coquelicot.



Ce que beaucoup de Texans ignorent, c'est que les bluebonnets et les indian paintbrush sont répandus parce que le TxDOT (Texas Department Of Transport) achète environ 5,6 milliards de graines chaque automne et les plante amoureusement sur le bord des grandes routes. C'est extraordinairement joli comme effet et compense largement le fait que des dizaines d'écoles ont été obligées de fermer cette année par manque de fonds.

Le "vrai" bord des routes (loin des grandes highways) ressemble à ceci:



Fil de fer barbelé et végétation de garrigue et de désert.

Bière au drive in

 
Dimanche, on a acheté de la bière à un nouveau drive-in liquor store (magasin vendant de l'acool).



Ça donnait un peu l'impression d'être dans un lavage de voitures, mais c'était marrant.



Un rien nous amuse, non?

Pour la petite histoire:
- Il faut avoir 21 ans pour consommer de l'alcool au Texas. C'était 18 ans avant 1981, 19 ans entre 1981 et 1986. Ouf qu'il y a quand même moyen de s'amuser quand on a 18 ans puisqu'on peut acheter une arme à feu.
- Il est illégal de conduire avec un conteneur d'alcool (genre cannette de bière, bouteille de whisky, fût de vin, etc.) ouvert dans l'habitacle de la voiture. Même si ce n'est pas vous qui l'avez bu mais votre passager. Même si ça fait six mois qu'il traîne là sans que vous l'ayez touché.
- Un mineur ne peut pas vous vendre de l'alcool, alors si vous tombez sur un caissier mineur au supermarché, il est obligé de demander à un collègue de faire passer le code barre du six pack sur la lentille de lecture. Le truc risible.
- Vous ne pouvez pas acheter d'alcool après minuit dans les magasins, une heure du matin le weekend.
- Vous ne devez pas montrer d'alcool en public. D'où les sacs en papier marrons autour des bouteilles. Même si vous réussissez à trouver une terrasse de café qui donne sur la rue, on vous amènera toute boîte ou bouteille reconnaissable comme contenant de l'alcool emballée dans un petit sachet de papier.
- Il y a des "dry county" (un county équivaut à peu près à une sous-préfecture je crois) où la fabrication et la vente d'alcool est restée illégale depuis la prohibition. Si vous vous pointez dans un resto situé dans un "dry county", il faudra penser à amener votre propre boisson. L'histoire de la prohibition au Texas est ici.

Ce qui me manquera...tome III

 
- Les trains de 100 wagons, portant chacun deux containers; parce que c'est autant de poids lourds en moins sur la route.

- L'effort esthétique au niveau des façades de supermarché, parce que même si c'est pas terrible, au moins ils y pensent.

- Les arômes de glaces (sauf si on va vivre à Florence).

- Les gens qui remplissent vos sacs à la caisse (sauf quand c'est des petits vieux de 80 ans qui doivent faire ça pour manger).

- Les télé-évangélistes: hilarants (aucune réserve, ils sont toujours, en toute circonstance, complètement tordants).

- L'implication de tous dans l'éducation des enfants (ça fait du bien de ne pas sentir qu'on emmerde tout le monde avec notre tripotée d'enfants, et que l'immense majorité des gens qui nous entourent sont prêts à montrer, expliquer, éduquer, ou même juste parler avec un enfant de 6 ans qui pose des questions sans queue ni tête).

- Les piscines partout, et du coup, pas surpeuplées.

- La quantité de papillons en été (beaucoup, beaucoup plus que ce qu'on trouve en France. Les papillons ont-ils été exterminés en France?).

- Les colibris et geais bleus (surtout que j'ai appris à les reconnaître maintenant. Comment je vais faire pour étaler ma science dans un pays sans colibris et geais bleus?)

Souvenirs - La pédiatre de Houston

 
Allez, je commence par un hommage à ma pédiatre de Houston. Une petite bonne femme d'une cinquantaine d'années, blonde, très ronde et la voix très douce. Si vous avez l'occasion de lui parler un jour, vous saurez dans la première minute et dans l'ordre que:
- Elle est californienne d'origine; et si elle insiste pour vous le faire savoir, c'est qu'elle considère, comme beaucoup d'Américains, que le Texas est un pays de bouseux.
- Elle a une fille unique qui fait des études prestigieuses sur la côte Est, le summum du raffinement. Pour montrer qu'elle est une bonne maman, elle vous donnera un petit récapitulatif de combien elle a stressé pour sa fille depuis 20 ans et combien elle continue de stresser pour sa fille, c'est à ce moment que vous commencerez à vous demander si la fille n'a pas de graves déficiences ou si la mère n'est pas un peu barjo de s'inquiéter de ce que mange sa fille à 20 ans.

Si vous lui parlez plus longuement, vous risquez de finir par tomber sur ce genre de conversation:

-"Vous n'avez pas le droit d'avoir des armes chez vous en Europe, n'est-ce pas? [Ah oui, n'oubliez pas: que vous soyez Français, Britannique, Allemand, etc. vous êtes sensé connaître chacun des pays européens aussi bien que le votre. Sinon vous allez passer pour un plouc.]
- C'est exact. [Je n'en ai aucune idée mais peu importe, c'est pas comme si elle me croirait plus que le reportage de Fox News qu'elle a vu hier à la télé.] C'est vrai que nous autres Européens [oui, excusez moi, mais au point où j'en suis, autant parler pour mes 350 millions de compatriotes] avons parfois du mal à comprendre pourquoi les Américains veulent tellement être armés. C'est pour tirer sur qui au juste?
- Sur quiquonque nous attaque. Moi, j'ai été agressée quand j'étais plus jeune. Un homme m'a pris mon sac à main. Si j'avais eu une arme sur moi, j'aurais encore mon sac à main aujourd'hui."

D'abord, un sac à main de 30 ans c'est pas top; encore moins s'il est éclaboussé de sang... encore que, ça pourrait être drôle des sacs à main baignant dans l'hémoglobine, à la "Kill Bill". Ensuite, qui te dit ma pov' fille, que tu aurais tiré plus vite que lui? Enfin, à sa place au mec, si j'en sortais, ça m'aurait plutôt incité à revoir ma stratégie pour mes futurs "clients" et tuer d'abord pour me servir ensuite. Mais bon, chius pas pro non plus, hein.

- "Ah oui, effectivement.", je réponds.
Comment ça mauviette? Ça fait deux heures que j'attends dans la salle d'attente avec un enfant malade, si vous croyez que je vais prendre le moindre risque de devoir encore attendre deux heures, vous vous fourrez le doigt dans l'oeil jusqu'au coude!

- "Par exemple, il y a des bandes d'immigrés musulmans en Hollande qui sillonnent les villes et violent en gang des innocentes jeunes filles toutes blanches et blondes [ok... le blanches et blondes, c'est moi qui l'ai rajouté]. Vous croyez qu'ils les violeraient les jeunes filles si elles étaient armées?
- Ben ... non, je suppose."

Perso, je sais que la vue d'une arme braquée sur moi me couperais pas mal mes envies, en même temps, j'ai jamais été un immigré musulman violeur en bande, alors je peux pas garantir.

-"Vous ne trouvez pas que c'est criminel quelque part de les priver du moyen de se défendre?"

Pffff. Ouais, c'est vrai, pourquoi laisser ça à la police. Et dans la même veine, si on pouvait me laisser écrire mes ordonnances (ou celles de mes enfants), ça m'arrangerait, surtout aujourd'hui!

- "Certes, mais je crois que le but est moins de fournir des innocentes jeunes filles blanches et blondes sans défense aux hordes d'immigrés musulmans violeurs, que d'essayer d'empêcher la prolifération des armes à feu. On n'aime pas trop l'idée de Pépère avec ses crises de sénilité ou Cousine Cunégonde, qui pète un plomb chaque fois qu'elle se fait larguer, se baladant avec une arme à feu.
- Et comment faites-vous pour vous défendre contre votre gouvernement?
- ????
- Oui, le jour où Hitler arrive au pouvoir, vous allez faire comment?
- Hitler?????
- Si les Allemands avaient été armés, Hitler ne serait jamais arrivé au pouvoir!
- Ben, euh... je crois que Hitler a été élu, alors à moins d'avoir des armes à feu option boule de crystal....
- En fait la raison principale d'avoir une arme c'est d'être capable de se défendre contre un gouvernement totalitaire. Quand les Anglais occupaient notre pays, ils entraient comme ils voulaient dans les fermes pour piller parce que les fermiers n'étaient pas armés. Et les Américains, ça leur est resté en travers de la gorge. Ils n'oublieront jamais avec quelle facilité les Anglais se sont servis chez nous, tout ça parce qu'on n'était pas armé."

Les trémolos dans la voix, l'élan patriotique, je reconnaissais bien là les symptômes; nous étions arrivées au bout de notre conversation.

Ma pédiatre finit en me disant:

- "C'est comme la Révolution Française, heureusement que les Français étaient armés pour se libérer de leur roi tyrannique, non?"

Moui,... sauf que 200 ans plus tard, on ne se balade pas tous avec une guillotine sous le bras "au cas où".

5.4.04

Ustensiles de cuisine...

 


3.4.04

Le dîner chez C et C++

 
Soirée super intéressante. Deux cultures qui se découvrent, c'est génial.
C et C++ ne sont pas des gros blasés du voyage à la je sais tout; en même temps ils n'ont pas le moindre complexe étant issus de la classe la plus privilégiée de leur pays et on a pu discuter ouvertement sans à priori, sans avoir peur que l'autre nous prenne pour un abruti parce que nos connaissances sur son pays sont assez vagues.
Les échanges ont tourné principalement autour de la nourriture et de la religion.

Ce qu'on a appris:

- Les Indiens du Sud mangent très épicé par rapport aux Indiens du Nord (Ouf qu'on était chez des Indiens du Nord)
- C et C++ ont beau être végétariens (pas de viande, pas de poisson, pas d'oeufs), ils ne mangent pas de légumes crus - tout est toujours cuit (ils ne se sont toujours pas remis de la salade verte qu'ils ont mangé chez nous il y a 3 semaines)
- 99% des plats sont frits
- L'huile de noix de coco, c'est pour les Indiens du sud et c'est pas bon (dixit C++).
- Dans le Nord de l'Inde, on utilise de l'huile de cacahuète, et c'est quand même vachement meilleur (toujours d'après C++).
- Les chrétiens en Inde sont majoritairement d'anciens intouchables (C++ les a appelé des "devils", puis s'est reprise. Ça reste le truc le plus incompréhensible pour moi, cette histoire d'intouchables. )
- Du coup les indiens chrétiens sont considérés avec plus de mépris qu'autre chose. Un peu comme s'ils avaient vendu leur foi au plus offrant.(Et on les comprend un peu de quitter une religion où il sont destinés à souffrir, même si les castes supérieures trouvent que c'est de la triche)
- Une femme indienne ne fume pas et ne boit pas. Pas parce qu'elle n'a pas le droit, mais parce que ça ne lui viendrait pas à l'esprit tellement l'idée est saugrenue.
- C et C++ font une prière le matin et une le soir et ils gardent tous leurs Dieux dans un placard de la cuisine tellement il y a d'endroits dans l'appart' où il est interdit de les poser.
- On peut utiliser l'huile de noix de coco pour mettre dans les cheveux à la rigueur.
- Il est possible de transformer du lait en éponge. Il faut mettre du vinaigre dans le lait pour le faire tourner, ensuite l'essorer dans un chiffon, rajouter une pincée de farine, rouler en une boule bien ferme, faire bouillir dans un mélange d'eau et de sucre et servir avec le "sirop" de cuisson. Ça ressemble à des petits oeufs, la sensation est très bizarre; on a vraiment l'impression de manger un bout d'éponge avec un vague goût de petit suisse. On n'en a pris qu'une fois avec Pasfou, c'est Petit Pasfou 1 qui a mangé ma deuxième portion.
- La glace à la vanille peut aussi se manger avec des vermicelles et du sirop de rose.
- À la fin du repas, on mange une petite poignée de graines d'anis pour se rafraîchir la bouche et aider la digestion (en fait, ça on l'avait déjà fait au resto indien)
- Nos enfants mangent vraiment de tout sans sourciller quand ils ont faim.

Ce que C et C++ ont appris:

- Les Français mangent régulièrement des légumes sans les cuire d'abord.
- La plupart des Français mangent des animaux, parfois même vivants (on n'a pas résisté à leur raconter en détail un repas de fruits de mer)
- Il n'y a qu'un seul pape (La plus grosse surprise de la soirée pour C++).
- Le pape ne sait pas lire dans l'avenir.
- On n'apporte pas d'offrande à l'église (mais on peut y trouver des bêtes plaques en marbre gravées d'un "Merci pour le Bac")
- Les Français ne sont plus vraiment très religieux.
- Les Français ne font plus de mariages arrangés.
- Il n'existe pas de titre en français pour s'adresser à son frère ou sa soeur aînée (Ça c'est quand C++ a exprimée sa surprise que Pasfollette et Petit Pasfou 2 appellent Petit Pasfou 1 par son prénom)
- Le Français moyen a bien du mal à vous parler des orthodoxes parce qu'il n'y en a pas des masses en France
- La femme française appelle son mari par son prénom, là aussi, pas de titre spécial genre 'mon seigneur'.
- Les Français ne se mettent pas d'huile dans les cheveux. Et on ne sait pas comment ils font pour "nourrir" leurs cheveux, considérant que les après-shampooings, ça ne fait pas l'affaire du tout.
- Les Français conduisent à droite, comme ces gros nigauds d'Américains.
- Les enfants français font moins de dégâts lorsque leurs parents amènent une cassette vidéo du "Roi Lion" avec eux.

2.4.04

Dîner de ce soir - stress!

 
On est invité ce soir à dîner chez des copains-collègues indiens.
On a fait connaissance chez Grande Blonde (Grand Brun travaille avec Pasfou), lors de sa Valentine Day's Party.
Je vais les appeler C et C++, parce que toute leur histoire tourne autour du fait qu'elle est d'une caste supérieure à lui (C pour caste, bien entendu :-) ).
On a déjà été les uns chez les autres, mais pas depuis cet après-midi malheureux quand C++ a insisté pour qu'on vienne, les enfants et moi, prendre le goûter chez elle.
C'est bien simple: j'étais tellement traumatisée, que je n'ai même pas pu en parler ici.... jusqu'à aujourd'hui.

C et C++ n'ont pas encore d'enfants et se contentent de profiter de ces années aux US pour se faire des sous et découvrir la vie Américaine. Si j'ai bien compris, leur histoire d'amour a été des plus rocambolesques avec des membres masculins de la famille de C++ jurant d'abattre C à vue pour avoir même osé lui demander de l'épouser. Apparemment, il ne doit la vie sauve qu'au fait que C++ est l'enfant favori de son père et qu'il ne sait rien lui refuser.

Elle m'expliquait que la honte était double: d'abord elle faisait un "mariage d'amour" plutôt qu'un mariage arrangé, et en plus, son futur était d'une caste plus basse qu'elle.
Elle est très fière du fait que ses parents ont réussi à s'en remettre. Bref, elle a suivi C aux US et bien qu'ayant un Masters of Computer Science ne travaille pas.

Tout ça pour dire que sa vie en Inde était très facile, avec des domestiques dans tous les sens et qu'elle arrive tout juste à gérer les heures de cuisine et les heures aux salons de beauté.

Alors j'étais vraiment pas chaude pour débarquer dans leur 2-pièces avec mes trois monstres.

Ça a été la catastrophe dès le début. On a commencé avec une attitude générale de "On va pas dire bonjour à la dame parce qu'on s'en tape et qu'est-ce qu'on mange?".

Elle les a gavé de bonbons et de gâteau indiens qu'ils ont juste avalé sans prendre la peine de mâcher tout en courant partout et en hurlant si fort que les murs en tremblaient. J'avais beau les tenir par la main, ou les tenir sur les genoux, ils finissaient par s'échapper.

Au moment où je me dis que témoin ou pas témoin, ça va être la raclée générale, C++ me dit qu'elle est impressionnée de combien je suis stricte avec les enfants parce qu'en Inde les enfants sont quasi sacrés et personne ne les réprimande jamais.

Forcément, ça me coupe mes moyens. Comment distribuer la fessée du siècle sous les yeux de quelqu'un qui a grandit avec l'idée que l'enfant est un dieu.
Impossible.

C++ attrape Petit Pasfou 2 et le prends dans les bras. Elle lui demande s'il veut encore des petits gâteaux, il lui réponds en lui rotant à la figure - littéralement.
Pendant que je lui explique que ce n'est pas acceptable d'une voix la plus contrôlée possible, Petit Pasfou 1 casse le jouet que C++ avait sorti pour eux, il le casse en le jetant sur la télé - mais il visait sa soeur.

Comme ils ont tout cassé, C++ sort un "jouet" de C: une voiture radio commandée. Paniquée, je lui supplie de ne pas leur donner, mais son sens de l'hospitalité doit être trop développé.

Elle livre la pauvre voiture aux enfants. Ceux-ci s'assoient dessus et voilà, la voiture aura duré 1 minute 30.
Pendant tout ce temps, j'essaie de partir, mais C++ insiste pour que je reste, elle est en train de préparer une recette indienne qu'elle veut me faire goûter.

Les enfants font un concours de soufflage de bulles dans le Coca que C++ leur a donné, mais ça dégénère très vite et c'est la moquette qui récolte le coca.

Ni une, ni deux; j'ouvre la porte de l'appart' et je les balance dehors un par un.
On est dans notre résidence, juste une dizaine d'immeubles plus loin. C'est pas la rue quoi.

On réussi à discuter un moment, c'est agréable, c'est calme. Mes nerfs se remettent progressivement. Je finis par me dire que finalement, je veux bien les revoir un jour mes monstres. Je descends pour vérifier qu'ils ne sont pas en train de piquer les roues des voitures de l'immeuble. Je ne les voit nulle part.

Oups.

J'ai perdu mes enfants.

Ça va encore être ma faute, z'allez voir.

En fait, j'ai fini par les retrouver devant notre immeuble, en train de faire du vélo. Ils avaient trouvé le chemin tous seuls.

Ils ont été punis pour toute la semaine.
Je pense qu'ils n'en gardent pas le moindre souvenir.

Et ce soir donc, on y retourne. C++ a insisté au téléphone pour qu'on amène les enfants. Je ne connais pas assez les bonnes manières indiennes pour lui dire non poliment.

J'espère simplement qu'elle ne compte pas trop sur cette amusante coutume Française qui consiste à jeter ses enfants dehors.

Ce qui me manquera...tome II

 
Ne pas être prise pour une conne parce que je suis mère au foyer.

Ne pas être prise pour une conne parce que je me suis mariée à 19 ans.

Ne pas être prise pour une conne parce que j'ai fait trois enfants avant d'avoir 25 ans.

Ne pas être prise pour une conne parce que je n'ai pas fait l'X.

Ne pas être prise pour une conne parce que j'ai parfois des goûts vestimentaires incompréhensibles.

Ne pas être prise pour une conne par les journalistes (ok, p'têt un peu, mais moins qu'en France en tout cas)

De l'utilité des verrous

 
D'habitude, je ne vois jamais les copains des Petits Pasfous, au mieux je peux les voir depuis le balcon. Je sais qu'ils jouent au moins une fois par jour avec Blaine et sa soeur Allie (les voisins du dessous). C'est juste les prénoms qui reviennent le plus souvent. Les autres prénoms... pfut! Impossible de m'en souvenir. Les visages c'est pas tellement mieux.

J'ai déjà bien du mal à reconnaître les miens quand le parking grouille d'enfants à vélo/trottinette/skateboard...!

"Tiens c'est le gosse qui a toujours des nouveaux gadgets à montrer, et celui-là, c'est le frère de machin, sur la trottinette électrique... euh, mais non... c'en est un à moi sur la trottinette!?! Pourvu qu'il ne la casse pas, ça doit coûter cher ce genre de truc... Ah, et l'autre peste avec son labrador noir qu'elle a essayé de faire passer pour un loup auprès de Petit Pasfou 2 ( un labrador! j'vous demande un peu!) ...Mais, mais... elle va où Pasfollette? Mais quelle sale petite chipie! *!%?@#* [bruit que j'émets lorsque je dois mettre mes chaussures en 4ème vitesse tout en tendant l'oreille vers la piscine] "

Enfin voilà, les enfants ont leur vie sociale bien à eux, et moi j'ai la mienne (si, si, en cherchant bien).

Hier, les enfants m'annoncent qu'ils se sont fait un nouveau copain. Je note vaguement: s'ils continuent de jouer régulièrement avec lui, je lui attribuerai peut-être une case mémoire.

Aujourd'hui, je peux vous dire qu'il s'appelle Micah. Et je connais même les prénoms de ses parents.

Ben oui.
Parce que hier, le papa est venu à l'appart' se présenter, avec le gosse, me serrer la mimine et expliquer que comme il avait remarqué que nos enfants jouaient ensemble il préférait qu'on fasse connaissance.

Soufflée la Pasfolle!

Et ne vous attendez pas à ce que je critique! Je trouve ça très très bien comme démarche.
Je ne l'ai jamais fait parce que je suis timide (un peu), flemmarde (beaucoup) et que je suis atteinte de chais-pas-quoi-dire-isme quand je dois initier une conversation avec un étranger.

Bref, il me dit qu'il les surveille dans le parking, que je n'ai pas besoin de me déranger [bah, ça va, j'dois avouer que je me dérange pas trop quand même, hein.]. Il a l'air très jovial. Et grand. Et costaud. Faudra bien que je dise aux enfants de pas lui chercher des noises à son gosse.
Il a remarqué que les miens se parlaient parfois en français, je lui fait le topo habituel, il me dit que sa femme a étudié le français. Noté. Faudra que je fasse gaffe quand je profère des menaces fantasmagoriques envers les enfants dans le parking.

Enfin, Micah veut inviter les garçons chez lui. Je donne mon accord, non sans hésiter. C'est la première fois qu'ils vont chez un copain. "Pourvu qu'ils ne cassent rien", je me dis en refermant la porte.

Cinq minutes plus tard, je suis dans le linge sale jusqu'aux coudes, en train d'essayer de retrouver des chaussettes perdues, j'entends la porte s'ouvrir. C'est Micah avec un papier sur lequel son père a écrit les prénoms et le nom de toute la famille, leur adresse et numéro de téléphone. Je suis un peu interloquée de voir cet enfant rentrer sans frapper, mais bon, je ne sais pas comment lui dire, alors je le remercie et il repart.

Plus tard, en fin d'après midi, les enfants sont rentrés et on travaillote sur les devoirs. En fait, les garçons sont plus concentrés sur les négociations concernant le menu de ce soir et Pasfollette se balade les fesses à l'air derrière une poussette rose bonbon remplie de Playmobil.

Moi je décide d'aller voir sur internet si j'y suis. Tout en assurant aux garçons que la soupe poulet-céleri va être au menu ce soir qu'ils le veulent ou non, je vais dans ma chambre.
J'entends la porte d'entrée s'ouvrir.
Zut! Ça c'est ma Pasfollette qui s'en va retourner chez ses "vrais" parents. Elle nous fait le coup tous les soirs en ce moment, elle refuse de croire qu'elle a d'aussi piteux parents. :-)

En général, je la laisse faire un tour sur la palier, elle finit toujours par se rendre compte qu'elle n'a pas l'adresse de ses "vrais" parents et revenir. Mais là, elle est à poil, alors c'est un peu ennuyeux quand même.

Je sors vite de la chambre... pour tomber nez à nez avec Micah. La porte qui s'ouvrait c'était lui.
Je me positionne stratégiquement devant Pasfollette et je demande, aussi gentiment que je peux à Micah ce qu'il veut.
Très poliment, il me demande si les garçons peuvent venir jouer.
Je lui explique si gentiment que ça frise l'abrutissement, que les garçons ne vont pas ressortir ce soir mais qu'ils pourront tous se voir demain. Je le redirige vers la porte et je lui fait au-revoir de la main.

J'ai juste le temps de mettre le dîner en route, je lève la tête, et il est à nouveau là. Il voulait me raconter en détail son emploi du temps du lendemain, pour pas se rater avec les Petits Pasfous.

Héhé.
MAIS C'EST QUOI CE GOSSE?!?!?!?!?!
Il est atteint d'une impossibilité physique de frapper et attendre qu'on ouvre?????

En tout cas, je commence à comprendre l'intérêt de garder son habitation dans un état présentable.

Je vois d'ici le procès qu'on nous ferait et surtout la tête du juge quand je lui expliquerais que Micah s'est vautré parce ce qu'il s'est pris les pieds dans mon soutif qui tenait le toit de la cabane de Petit Pasfou 2 et qu'en tombant il a entraîné la couverture de Petit Pasfou 1, retenue sur la table par un cendrier de 3 kilos et que c'est pas le cendar qui l'a assommé, mais Pasfollette parce qu'il aurait bousculé la chaise à bascule du salon sur laquelle elle construisait sa tour-en-légo-la-plus-haute-du-monde. Et que je suis désolée qu'ils aient retrouvé le p'tit recouvert de jolis dessins au feutre, mais que chez nous c'est le sort de tout objet inerte.

P'tain, j'en aurais pour un million de dollars au moins!

...

Mon assurance anti-procès va enfin pouvoir servir.

Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
This 

page is powered by Blogger. Isn't yours? Site Meter Weblog 

Commenting by HaloScan.com